Nos évènements

Libérer Jérusalem

Machiv Harouah

Nous marquons cette année les 57 ans des miracles prodigieux de la Guerre des Six Jours en 1967.

Le 25 Iyar, s’est tenue une réunion décisive du gouvernement, au terme de laquelle il fut décidé qu’Israël devait s’engager dans la guerre. Et ce, malgré les menaces explicites des nations du monde, exigeant qu’Israël ne soit pas celle qui ouvre les hostilités. Tel fut le premier acte de courage insufflé par Dieu, du gouvernement israélien siégeant à cette époque. Comme nous le savons, cette décision conduira par la suite à une immense victoire.

Le 26 Iyar (comme aujourd’hui lundi), débuta l’attaque israélienne. La frappe aérienne comprenait l’opération Focus (Moked), qui réussit à détruire en 6 heures les forces aériennes de l’Égypte, de la Jordanie, de la Syrie et d’autres, de façon quasi-miraculeuse. Dès les premières heures de la journée, les craintes qui habitaient tout le pays d’Israël se sont dissipées, et nous avons été sauvés – de la mort à la vie. C’est un jour essentiel, concernant les miracles de cette guerre, car dès le premier jour, on peut considérer qu’une victoire a été obtenue. En ce jour également, nous marquerons la libération de la bande de Gaza, avec l’aide de Dieu.

Le 27 Iyar (comme ce mardi), la plupart des collines de Samarie ont été libérées, et depuis, nous marquons ce jour pour les générations à venir, comme le jour de délivrance de la Samarie.

Le 28 Iyar (comme mercredi), la ville de Jérusalem et le Mont du Temple ont été libérés. Il faut comprendre que, dans ce cas, il s’agit d’un grand miracle, car la Jordanie décida d’entrer en guerre alors que cette éventualité n’était aucunement prévue – mais « le cœur du roi et de ses ministres est dans la main de Dieu ». Ainsi, la Jordanie par son entrée en guerre, va perdre beaucoup, Jérusalem et bien plus encore.

Le 29 Iyar (comme ce jeudi), Hebron la ville des Patriarches, ainsi que ses environs ont été libérés.

Le 1er Sivan (comme vendredi prochain), la moitié de la péninsule du Sinaï a été libérée.

À ce stade, Israël était déjà fortement incité par les puissances étrangères à accepter un cessez-le-feu. Mais les habitants de la région au sud du lac de Tibériade se sont adressés aux membres du gouvernement, en leur expliquant pourquoi il ne fallait pas laisser les Syriens sur le plateau du Golan. Et là, le gouvernement israélien a fait preuve d’une nouvelle manifestation de bravoure, lorsqu’il a repoussé la proposition de cessez-le-feu, et ne l’a acceptée qu’après la libération du Golan, le dernier des Six Jours (le 2 Sivan, comme le prochain Chabbat, parachat Bamidbar).

Sachons remercier Hachem pour les Six Jours de miracles dont il nous a gratifiés, et en tirer les leçons d’histoire pour les évènements que nous vivons.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut